Tout va bien (1er commandement du clown)

Publié le par Franca

Tout va bien (1er commandement du clown)

Tout va bien (1er commandement du clown), un film de Pablo Rosenblatt et Emilie Desjardins. C'est un documentaire hors formatage, réalisé dans une école de clown, et distribué par la coopérative DHR (direction humaine des ressources).

Tout va bien est une invitation poétique à s'extraire des stéréotypes, de l'aliénation, du consumérisme. A contre courant d'une société de la performance, une aventure pour faire rire de la condition humaine. Par leur film, Pablo Rosenblatt et Emilie Desjardins nous invitent à tutoyer certaines de nos contradictions les plus essentielles, à changer nos déséquilibres en force. Le clown est un équilibriste. J'ai aimé ce film qui montre l'univers du clown, par l'intérieur. "Chercher son clown" c'est trouver le clown qui est en soi. Ce clown est unique.

Si le héros tragique se tient debout, le clown se laisse tomber par terre. La suprême humilité du clown est de reconnaître que tout va bien comme il est.

Giovanni Fusetti

Tout va bien (1er commandement du clown)

Le langage du clown passe par la gestuelle, l'émotion poétique, le mime, la musique, le chant, la danse ... Les mots ne sont pas l'essentiel ... Le clown est un comédien qui joue son propre rôle. Il se met en scène avec ses contradictions, ses joies et ses larmes. La dérision et le rire sont des contrepoids poétiques à un jeu de rôle trop codifié par les conformismes. Etre clown c'est faire un pas de côté, être éveillé.

Etre éveillé, c'est être conscient d'être ce que l'on est. La conséquence première de ce lâcher prise fondamental est le rire.

Giovanni Fusetti

Le clown fait rire de lui-même. C'est quelque chose d'énorme car il offre au public ce qu'il a de plus fragile. Au lieu d'aller vers des performances, il va vers ses faiblesses et en fait des atouts. Il dévaste chaque fois l'image dans laquelle nous sommes enfermés. Le clown détruit l'idée qu'il y aurait des gagnants et des perdants, désagrège les figures de la réussite et de la performance.

C'est par où ? C'est par l'art

Bernard Lubat (troubadour)

Publié dans Mon cinéma