Mon Festival Lumière 2015

Publié le par Franca

Mon Festival Lumière 2015

Bertha Boxcar de Martin Scorsese (1972) - Le film surfe sur la vague de la "contre-culture" qui déferle sur les Etats-Unis dans les années 70. C'est le deuxième film de Scorsese dont la vocation première était de devenir prêtre avant de faire du cinéma. C'est un film militant qui suit l'équipée sauvage de quatre marginaux, l'insoumise (Barbara Hershey) , l'anarchiste, le Juif et le Noir. La violence est partout et sans détour et les images sont belles. La country music est un personnage du film.

Mon Festival Lumière 2015
Mon Festival Lumière 2015

Le Crime était presque parfait d'Alfred Hitchcock (1954) - Un classique du cinéma que j'ai aimé revoir au Comoedia dans une version restaurée et en 3D. C'est une adaptation de la pièce britannique "Dial M for Murder". Un ancien champion de tennis a épousé une femme fortunée (Grace Kelly). Craignant qu'elle ne le quitte et le laisse sans ressources, il décide de la faire assassiner par une ancienne connaissance. Le plan ne se déroule pas comme prévu ... Hitchcock joue avec le suspense et de magnifique façon. Tous les thèmes du Maître sont là, la psychologie, l'échange de culpabilité, le flegme britannique, le cynisme. Le scénario dans lequel il nous embarque est truffé de virages imprévisibles ... J'adore

Martin Scorsese : "Dès que je me sens un peu fatigué, je me passe "Dial M. for Murder". C'est comme si j'écoutais une fugue de Bach : vous savez, lorsqu'on veut deviner quand commencera la phrase qui va suivre, et où s'arrêtera celle qu'on est en train d'écouter. C'est le même plaisir. Dial M. for Murder est un film merveilleux à regarder - une leçon de découpage -"

Mon Festival Lumière 2015
Mon Festival Lumière 2015

SANJURO d'Akira Kurosawa (1962) - En deux mots, trop bien ce film ! ... Neuf jeunes samouraïs se révoltent contre la corruption qui règne dans leur ville et leur naïveté interpelle un samouraï aux allures de vagabond, Sanjuro, qui décide de les aider. C'est un film sur l'initiation de jeunes samouraïs par un maître non conformiste, sur l'alliance entre deux générations, sur le jeu des apparences ... un guerrier derrière des allures de paysan vagabond, un maître d'armes combattant davantage avec son cerveau de stratège. Dans ce film, et grâce à des scènes de comédie, Kurosawa démythifie le genre des films de sabre qui mettent en avant l'héroïsme et l'honneur. Toshirô Mifune (Sanjuro) est l'acteur fétiche de Kurosawa. Magnifique !

Sanjuro (Toshirô Mifune) - Il est trop fort au sabre (là il se repose) !

Sanjuro (Toshirô Mifune) - Il est trop fort au sabre (là il se repose) !

Mon Festival Lumière 2015

La Belle équipe de Julien Duvivier (1936) - Ce film est une carte postale et musicale de l'année emblématique de 1936 toute riche en évènements ... le Front populaire, les congés payés, la guerre civile d'Espagne. Dans ce décor de belles images et de mélancolie, le rêve de cinq amis va tourner au cauchemar en se heurtant aux réalités de leur projet commun, la construction d'une guinguette au bord de l'eau (la chanson de Jean Gabin en est le symbole du film) ... La belle aventure va être détruite par la réalité des "facteurs humains" (comme on dit aujourd'hui) qui est souvent l'élément destructeur dans les entreprises et communautés des hommes. Accidents, querelles amoureuses, difficultés de communication, ambitions ... vont anéantir la belle aventure. Un film mythique et un bon moment de cinéma ...

Mon Festival Lumière 2015
Mon Festival Lumière 2015

Les Ailes (KRYLIA) de Larissa Chepitko (1966), l'étoile filante du cinéma russe - Les Ailes est le portrait d'une aviatrice de guerre qui, à la suite de graves blessures, ne peut plus voler. Elle est directrice d'une école mais piloter lui manque ... Les Ailes c'est le portrait d'une "aviatrice aux ailes coupées", qui se révolte contre ses nouvelles fonctions qui l'emprisonnent. Regrettant sa vie de pilote exaltante et dangereuse, elle est incapable de s'adapter à sa nouvelle vie ni de se contenter de son passé glorieux. Sa passion prendra finalement le dessus ... voler "pour clouer des clous sur les nuages". Maya Bulgakova est magnifique. J'ai adoré ce film de Larissa Chepitko, une belle découverte de mon Festival 2015.

Dovjenko (mentor de Larissa Chepitko) nous enseignait à rester fidèles à nous-mêmes, à faire confiance à nos sentiments, à défendre nos conceptions. J'ignorais alors combien c'est difficile.

Larissa Chepitko

"... clouer des clous sur les nuages"

"... clouer des clous sur les nuages"

Mon Festival Lumière 2015

L'Ascension de Larissa Chepitko (1977) - « L'action du film se déroule en Biélorussie au cours de la Seconde Guerre mondiale. Deux partisans soviétiques sont faits prisonniers par les Allemands. Ils apprennent qu'ils doivent être pendus. L'un d'eux, Rybak, craque et accepte de collaborer ; l'autre, Sotnikov, affronte calmement la mort. » - Ce film est un peu comme un film de Bergman. La réalisatrice pose sa caméra sur les visages et essaie de sonder les âmes des personnages. Les plans sont longs et laissent le temps de lire dans les yeux. Le regard est le miroir de l'âme et ils disent l'essentiel des gens. Le plan sur le visage du commissaire politique soviétique est très long et sont regard immobile trahit une lutte intérieure. Le chef de la Gestapo porte des lunettes noires et on ne voit pas ses yeux, métaphore de la réalisatrice. L'Ascension est un film sur la conscience. Sotnikov choisit la mort plutôt que le déshonneur. Rybak choisit le déshonneur et il aura la mort. Un film en noir et blanc qui a obtenu l'Ours d'or au Festival de Berlin 1977.

Mon Festival Lumière 2015Mon Festival Lumière 2015Mon Festival Lumière 2015
Mon Festival Lumière 2015Mon Festival Lumière 2015Mon Festival Lumière 2015
Mon Festival Lumière 2015

L'Histoire officielle de Luis Puenzo (1985) - Sorti à la fin de la dictature en Argentine, c'est un film sur la disparition d'enfants pendant cette période, des enfants enlevés aux opposants du pouvoir. Le scénario raconte l'histoire d'un couple qui a adopté un enfant pendant les derniers mois de la dictature (1983). La mère adoptive commence à soupçonner que sa fille pourrait être l'un de ces enfants et mène un combat pour découvrir la vérité ... L'Histoire officielle s'inscrit dans l'expiation collective de l'Argentine qui accompagna le procès (1985) des dictateurs. Les manifestations des "mères de la place de Mai " sont des moments tragiques et forts ... C'est un film qui interroge sur les situations extrêmes devant lesquelles les régimes totalitaires placent les individus. Un film engagé qui hurle la vérité et sorti il y a juste 30 ans ...

Mon Festival Lumière 2015
Raoul Walsh
Raoul Walsh

Wild Girl de Raoul Walsh (1932) - Le film est inspiré d'un livre de Bret Harte, poète et écrivain américain sur les pionniers de l'Ouest. Raoul Walsh fait l'éloge des esprits libres et marginaux (un sudiste errant, un joueur professionnel) et de la sauvageonne (Joan Bennett) qui refusent de se conformer. La nature sauvage et les arbres géants sont un refuge, un jardin d'Eden. Les scènes en noir et blanc sont superbes et féériques et à l'image des arbres géants du Sequoia National Park où le film a été tourné.

Mon Festival Lumière 2015
Mon Festival Lumière 2015

Maine-Océan de Jacques Rozier (1986) - Ici on prend le temps de vivre et de faire des rencontres... J'ai découvert et adoré ce film et aussi Jacques Rozier. Maine-Océan est un film infiniment et joyeusement libre, qui se moque des conventions. Il vagabonde entre néoréalisme et documentaire et il est surtout hors normes. Le style de Rozier est unique. Il pose sa caméra et il regarde vivre ses personnages dans des rencontres toutes remplies d'émotions et de belle spontaneité ... deux contrôleurs de la SNCF, une danseuse brésilienne, un imprésario mexicain, une avocate, un marin pêcheur. L'histoire débute dans un train (le Maine-Océan) par une scène d'anthologie entre les contrôleurs et la passagère brésilienne qui n'a pas composté son billet (!). Il ne faut pas chercher d'histoire car il n'y en a pas. C'est bien là tout le merveilleux du film ...

"Adieu Philippine" est aussi un bien beau film de Jacque Rozier (j'ai acheté le dvd au Village Lumière après avoir vu Maine-Océan ! )

Mon Festival Lumière 2015Mon Festival Lumière 2015Mon Festival Lumière 2015

Publié dans Mon cinéma