Almodovar et mon Festival 2014

Publié le par Franca

Almodovar et mon Festival 2014

Pepi, Luci, Bom et les autres filles du quartier - Pedro Almodovar (1980)

"Pepi, Luci, Bom ... est un film policier parce que le personnage masculin est un flic assoiffé de vengeance. C'est une comédie féminine parce qu'il y a des tas de filles charmantes et décontractées. C'est un film pop par son rythme, sa superficialité, sa désinvolture, son peu d'importance. Et parce qu'y intervient un groupe rock, Alaska y los Pegamoides, des annonces publicitaires, des chansons. C'est aussi un film de Bergman, ou de Cukor, par l'inflation de personnages féminins." Pedro Almodovar

C'est essentiellement un film amoral : les valeurs n'y sont ni perverties ni transgressées, elles n'existent pas...

Pedro Almodovar

Almodovar et mon Festival 2014

C'est le premier film de Pedro Almodovar, tourné avec très peu de moyens. C'est une belle image de la Movida, phénomène artistique et social, mélange de punk et de cabaret qui envahit Madrid dans une ère libertaire et un climat post-franquiste déchaîné.

Pedro Almodovar Prix Lumière 2014Pedro Almodovar Prix Lumière 2014Pedro Almodovar Prix Lumière 2014

Pedro Almodovar Prix Lumière 2014

Almodovar et mon Festival 2014

Attache-moi ! (Atame !) - Pedro Almodovar -1989

Attache-moi est la rencontre de deux êtres en rupture de marginalité. Ce film est magnifique et tout rempli de vie et d'humour et de couleurs. Le cinéma d'Almodovar n'est pas conventionnel, il est envoûtant et réjouissant. La fin est superbe avec la chanson Resistiré : "Je résisterai pour continuer à vivre..." Et aussi, pendant le générique, Rossy di Palma est montée sur la scène. Une belle surprise ! Dans le film elle est la fille au scooter rouge...

Almodovar et mon Festival 2014Almodovar et mon Festival 2014Almodovar et mon Festival 2014

Nuestras vidas no serian nada sin el cine (Nos vies ne seraient rien sans le cinéma)

Pedro Almodovar

Almodovar et mon Festival 2014

Volver - Pedro Almodovar - 2006

Volver. Revenir, en Castillan. Ce sont les souvenirs de son enfance qui ont inspiré Pedro Almodovar: les conversations animées des femmes dans les patios, sa mère, ses voisines... J'ai adoré ce film, un tableau tout rempli de couleurs et de rouge et qui aborde les thèmes de la maternité, de l'absence, de l'inceste. Et Pénélope Cruz elle est lumineuse et drôle.

Almodovar et mon Festival 2014

L'Esprit de la ruche (El esperitu de la colmena) - Victor Erice - 1973

C'est à travers le cinéma qu'une jeune fille (Ana Torrent) découvre la complexité du monde derrière les apparences, la cruauté sous la beauté, la beauté sous la monstruosité. Ce film est un hymne à l'imagination et à la richesse intérieure. A travers le regard acéré, primitif, de l'enfant, Victor Erice porte nos yeux sur l'ambiance d'une société dévastée par la guerre civile. Un hommage à la résistance espagnole par le cinéma (Embrujo 1948 - Grand'rue 1956 - Le Bourreau 1963 - El extrano viaje 1964 - Furtivos 1975 ...)

Pour la plupart tournés à l'époque de la dictature franquiste, ils ont su, en plus d'être de beaux films, contourner avec ingéniosité les règles de la censure de l'Eglise et de l'Etat, qui étaient aussi absurdes que féroces.

Pedro Almodovar (Lumière 2014)

Almodovar et mon Festival 2014

Thérèse Raquin - Marcel Carné - 1953

Le film a été tourné à Lyon et la ville est bien sombre dans les années 50. Mais le film est en N&B... D'après le roman Thérèse Raquin d'Emile Zola. Marcel Carné dresse le portrait d'une petite bourgeoisie provinciale, étriquée et repliée sur elle-même, où les préjugés sont très forts. Une belle interprétation de Simone Signoret et de Raf Vallone (acteur que j'ai découvert dans Riz amer où il joue avec Silvana Mangano).

Ingrid Bergman
Ingrid Bergman

Voyage en Italie (Viaggio in Italia) - Roberto Rossellini - 1954

"C'est le plus beau des films." Jean-Luc Godart ... Un couple d'Anglais (Ingrid Bergman et George Sanders) découvre l'Italie dans une luxueuse automobile. Ils vont prendre conscience de l'échec de leur vie commune ... Beaucoup de scènes ont été tournés dans le port et les ruelles de Naples, la caméra cachée dans un camion, faisant participer les Napolitains à leur insu, dont Rossellini disait que c'était "les meilleurs acteurs du monde".

Montrer Naples, cette atmosphère étrange à laquelle se trouve mêlé un sentiment très réel, très immédiat, très profond, le sentiment de la vie éternelle. C'est quelque chose qui a complètement disparu du monde.

Roberto Rossellini (Cahier du cinéma juillet 1954)

Almodovar et mon Festival 2014

Et pour une poignée de dollars - Sergio Leone - 1964 - Musique Ennio Morricone

"Le western qui a révolutionné tous les westerns". Sergio Leone (Bob Robertson) plante le décor du western italien avec Clint Eastwood, un anti-héros solitaire vêtu d'un poncho marron et à dos de mulet. L'action se situe en 1872 dans une ville entre Texas et Mexique où s'affrontent deux familles de trafiquants spécialisées dans les armes et l'alcool. Un bon moment de cinéma ...

Clint Eastwood - Lee Van Cleef
Clint Eastwood - Lee Van Cleef

Et pour quelques dollars de plus - Sergio Leone - 1965 - Musique Ennio Morricone

Sur un fond de concurrence entre deux chasseurs de primes, c'est aussi une histoire d'amitié pudique et virile entre deux hommes. Le "Bon, la brute et le truand" (1966) reprendra ce thème de l'amitié. En clin d'œil à son film précédent, "Pour une poignée de dollars", pour lequel il a été spolié d'une partie de ses droits, Sergio Leone nommera le suivant "Et pour quelques dollars de plus" ! Avec sa trilogie des dollars, Sergio Léone a définitivement planté le décor du western italien.

Pierre Fresnay-Georges Marchal
Pierre Fresnay-Georges Marchal

Au grand balcon - Henri Decoin - 1949

Le Grand balcon c'est la pension de famille, place du Capitole à Toulouse, qui accueille en 1920 les pionniers de l'Aéropostale. Les lignes Latécoère, pionnières de l'acheminement du courrier par les airs, traceront leurs routes du ciel entre Toulouse et St Louis du Sénégal, puis traverseront l'Atlantique et les Andes de l'Amérique du sud. J'ai retrouvé dans ce beau film toutes les valeurs des pionniers de l'Aéropostale. J'ai lu tous les livres de St Exupéry, Guillaumet, Mermoz ... je ne voulais pas manquer ce film qui relate cette belle aventure toute remplie d'étoiles et d'humanité. Et Pierre Fresnay est superbe dans le rôle de Carbot (Didier Daurat le directeur de l'Aéropostale)

La pierre n'a point d'espoir d'être autre chose que pierre. Mais de collaborer, elle s'assemble et devient temple.

St Exupéry (Citadelle)

Almodovar et mon Festival 2014

Une journée particulière (Una giornata particolare) - Ettore Scola - 1979

Une belle découverte de ce Festival et je l'ai revu une deuxième fois, en profitant des "séances de rattrapage" offertes après le Festival ! Plus qu'un beau film, c'est un film indispensable ... Restauré par la Cineteca de Rome, le film se déroule ce jour de 1938 où toute la ville se rend via del Fore Imperiali à Rome où Mussolini accueille Hitler avec un défilé militaire. Sur un fond de mascarade fasciste, se joue la rencontre impossible entre deux solitudes et deux êtres condamnés à l'exclusion pour leurs différences, Gabriele (Mastroianni) et Antonietta (Sophia Loren). Un film intemporel et des scènes trop belles en font un des plus beaux films du cinéma italien... La scène des pas de rumba par Mastroianni est une scène magnifique. Ettore Scola voulait faire un film sur les conditions féminine et homosexuelle actuelles. Situer son histoire en 1938 lui permet de renforcer le propos, les phénomènes d'exclusion fonctionnant pleinement à découvert pendant la période fasciste. La voix de la radio qui relate le défilé fasciste est oppressante. Mastroianni et Sophia Loren sont magnifiques ...

J'ai vu d'autres films aussi mais je préfère parler de ceux que j'ai le plus aimés et qui m'ont apporté tout plein d'étoiles pendant cette semaine sur la planète cinéma. Le Festival Lumière on n'en sort pas indemne...

Il cinema è il modo più diretto per entrare in competizione con Dio

Federico Fellini

Publié dans Mon cinéma